30 juin 2013

Myriam Chirousse, La Paupière du jour, lu par Daniel

Paris, Buchet - Chastel, 2013, 505 p.   Deuxième roman de l'auteur. Celui-ci invite le lecteur à plonger dans les lourds secrets d'un village, à la suite d'une chercheuse qui, sous prétexte d'analyses de radioactivité, vient se balader dans un village pour connaître la vérité sur l'assassinat de son fiancé dans une bijouterie. Un roman qui démarre tout doucement (le début aurait mérité un peu plus d'énergie et d'allant), et qui se construit progressivement selon des associations libres, avec une bonne grosse pointe de mystère et... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 22:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juin 2013

Silvia Härri, Loin de soi, lu par Daniel

Orbe, Bernard Campiche, 2013, 171 p.   Il s'agit là d'un recueil de nouvelles, lauréat du prix littéraire Georges-Nicole 2013. Ces textes brossent des portraits de personnages, tout en finesse, avec un souci recherché de donner une voix à chacun d'entre eux - ou elles, bien sûr. Autour d'eux, le lecteur devine un monde, un univers, d'autres personnages.               Lu pour le journal "La Liberté".  Daniel, 13454 p.
Posté par confrerie2010 à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juin 2013

Gilbert Pingeon, La Cavale du banquier, lu par Daniel

Lausanne, L'Aire, 2011, 199 p.   Un banquier décide de tout plaquer et de partir à l'aventure, et tout commence lorsqu'il se met à suivre une femme à problèmes, à la sortie d'un bistrot. Et puis, il y a Kevin Kovacs... Ce roman recèle quelques pages sensuelles, on s'en doute; il est aussi construit tout en contrastes, avec des voix diverses qui se croisent et des dialogues qui claquent bien.                J'en parle plus longuement ici.  Daniel, 13283 p.
Posté par confrerie2010 à 23:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juin 2013

Michaël Perruchoud, Le garçon qui ne voulait pas sortir du bain, lu par Daniel

Fribourg/Genève, Faim de Siècle/Cousu Mouche, 2013, 156 p.   Un crime parfait peut-il être amer? Ce roman met en scène le personnage d'une victime d'actes de pédophilie qui, devenu adulte, entend se faire justice. Quatre ans après qu'il eut tué l'un de ses violeurs, la police débarque chez lui... C'est certes un polar, mais le lecteur sera déçu s'il n'attend que ça de ce roman: c'est aussi une belle construction psychologique de personnage, l'auteur décrivant dans le détail la construction de soi de son narrateur, entre interdits... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 juin 2013

Jonathan Franzen, Freedom, lu par Catherine.

Editions de l'Olivier, 718 pages. Un genre d'épopée familiale, où l'on voit peu à peu exploser la famille Berglund (Walter, Patty et leurs deux enfants, Joey et Jessica) famille américaine respectable qui a de plus en plus de mal à sauver les apparences. Triangle amoureux (le couple Berglund et le meilleur ami de Walter, Richard), histoire d'amour de Joey avec la voisine, les personnages se cherchent, se trouvent, se perdent. Tout cela dépeint une certaine société de l'Amérique d'aujourd'hui, et c'est plutôt passionnant ! (c'est un... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 juin 2013

Franck Thilliez, La mémoire fantôme, lu par Catherine

Le passage, 430 pages.   Thilliez nous embarque dans une histoire quelque peu invraisemblable, dans laquelle une jeune femme est retrouvée, errante, amnésique, et semblant terrorisée par...qui ou quoi ? On découvre petit à petit qu'elle n'a aucune mémoire immédiate, qu'elle oublie au fur et à mesure les événements autour d'elle, ce qui est un lourd handicap lorsqu'on est poursuivi et que l'on poursuit un dangereux psychopathe...   Catherine, 3439 pages.
Posté par confrerie2010 à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2013

Tonie Behar, Grands Boulevards, lu par Daniel

Paris, JC Lattès, 2013, 404 p.   Lecture légère et pétillante, puisqu'il s'agit ici d'une comédie romantique - c'est aussi le quatrième roman de Tonie Behar. Parfait pour les vacances, avec la mise en scène d'un immeuble parisien situé au 19bis, boulevard Montmartre, où tout le monde se connaît un peu, comme dans un village; il y a des rognes, des chamailleries, une saine concurrence entre un bar et un sex-shop pour dames... mais lorsque le propriétaire décide d'expulser tout ce petit monde, celui-ci se serre les coudes! Les... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 23:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juin 2013

Bettina Stepczynski, Sibylle, une enfant de Silésie, lu par Daniel

Genève, éditions d'Autre part, 2013, 149 p.   On parle peu de la déportation des civils allemands après la Seconde guerre mondiale - et c'est de cet épisode méconnu, quasi tabou, que parle ce livre, à travers les yeux de Sibylle, une petite fille expulsée de Silésie au moment de la défaite nazie avec sa famille. Suivront le rapatriement dans des conditions rudes, la vie précaire, le regard peu amène des Allemands restés en Allemagne, et aussi le souvenir plus ou moins enfoui de l'existence "d'avant", dont il faut faire le deuil... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 23:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juin 2013

Charlotte Link, Le sceau du secret, lu par Jessica

Editions France Loisirs,  2003, 767 p. Quoi de plus agréable que de passer ses vacances d'été à la campagne, dans un adorable petit village de l'ouest du Yorkshire. Jessica le pense aussi même si pour une fois, elle aimerait partir ailleurs et surtout être seule avec son époux. Mais voilà pour Alexander, les vacances c'est à Stanbury avec ses amis, Tim et Léon en compagnie de leur épouse respective Evelin et Patricia. Tout pourrait se dérouler à merveille, si ce n'est des tensions ici ou là qui se font ressentir.... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juin 2013

Jean-Louis Ruffel, Florence, lu par Daniel

Toulouse, Filaplomb, 2007, 21 p.   C'est l'histoire d'un homme qui suit une femme, qui paie pour des rapports... ou autre chose? Une nouvelle menée sur un style sobre, minimal, qui suggère une certaine misère humaine et un désenchantement abrupt, dans un certain flou: le lecteur ne sait rien de plus que ce qui est strictement nécessaire à l'intrigue. Déconcertant: on se demande qui est vraiment Florence - une prostituée ou quelqu'un d'autre?                      J'en... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]