29 septembre 2013

Haruki Murakami, Autoportrait de l'auteur en coureur de fond, lu par Bruno

Editions Belfond, 181 pages Dans cet essai autobiographique, Haruki Murakami (devenu célèbre dans le monde entier grâce à sa trilogie inoubliable 1Q84 - qui a été évoqué à plusieurs reprises sur ce site) nous parle de sa grande passion pour la course à pied. Marathonien et triathlète, Murakami nous raconte comment lui, l'ancien barman, ancien fumeur, devenu romancier presque par hasard, a commencé à s'adonner à la course à pied. Comment s'organise ses journées - car Murakami effectue au moins 10 kilomètres par jour ? Quels sont ses... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2013

Jean-Baptiste Harang, Nos coeurs vaillants, lu par Daniel

Paris, Grasset, 2010, 188 p.Roman des souvenirs, autobiographie? L'auteur entretient le doute. Reste qu'il est question ici de revisiter le mécanisme du "Je me souviens" de Georges Perec et de l'intégrer à un roman qui mêle, dans une juxtaposition de souvenirs, l'essentiel et l'accessoire. Le lecteur est invité à entrer dans un jeu et à en respecter les règles. Et tout bascule au moment où l'auteur reçoit une lettre anonyme. Suffisante pour qu'il bouge, mais peu finalement - mais assez pour écrire un roman qui parle des coeurs et des... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 22:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2013

Sabine Dormond, Don Quichotte sur le retour, lu par Daniel

Sainte-Croix, Mon Village, 2013, 156 p.Audacieux projet que celui de l'auteur, pour son premier roman: revisiter les aventures de Don Quichotte à la manière moderne, dans le canton de Vaud. C'est un succès, plein d'esprit, rédigé dans un style ludique qui ne recule ni devant les néologismes, ni devant les helvétismes (amis français, qu'est-ce qu'un tintébin?). Là-dessous, se cache une réflexion sur le rôle de l'écrivain (un dieu pour ses personnages), la vie de couple et ses intermittences, et l'envie d'aller toujours vers le haut. ... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2013

Jenny Eclair, Les secrets d'une femme au foyer (pas) désespérée, lu par Jessica

Editions France Loisirs, 2004, 479 p. 40 ans,un âge pas si facile que ça à passer. En tout cas, quand son mari est en pleine crise de la quarantaine, c'est un rappel à l'ordre pour l'épouse car elle aussi vieillit. Et quand on est trompées et abandonnées, on est bien obligées de s'adapter. Jenny Eclair nous dépeint dans un langage caustique avec un humour mordant le destin de ces femmes (pas) si désespérées... Jessica, 13333 p.
Posté par confrerie2010 à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2013

Louis-Philippe Dalembert, Ballade d'un amour inachevé, lu par Daniel

Paris, Mercure de France, 2013, 285 p.Respiration. Un livre que l'on hume! D'emblée de jeu, ce sont les odeurs qui s'imposent au lecteur. Le propos est grave, tragique: il est question de séismes, en Haïti ou dans les Abruzzes. L'ambiance est parfois confinée, comme certains paragraphes sont compacts. Et l'écriture est obsédante; elle sait aussi se faire sensuelle, puisqu'il est question d'un couple apparemment heureux qui vit au coeur de l'Italie. Lui n'est pas un local, ce qui donne l'occasion de dépeindre les regards sur un ménage... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 22:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2013

Philippe Delerm, Dickens, barbe à papa, lu par Daniel

Paris, Folio, 2048, 105 p.Déception pour cet ouvrage, pour moi - alors que tout le monde paraît avoir adoré. J'ai trouvé cela un peu facile, dans la mesure où ça exploite sans vergogne les sujets d'enfance - mais laquelle - et où ça ratisse large dans les choix thématiques, dans l'espoir qu'une fois ou l'autre, ça tape juste. Dommage - l'idée de départ (rapprocher les plaisirs des livres qu'on dévore et ceux de la bouffe) était bonne. Au moins, ça a l'élégance d'être bref... J'en parle plus amplement ici.Daniel, 20041 p.
Posté par confrerie2010 à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2013

Etienne de Montety, La Route du salut, lu par Daniel

Paris, Gallimard, 2013, 319 p.Tout ce roman se passe durant les guerres qui ont marqué l'histoire de la Yougoslavie dans les années 1990. Il est aussi question d'un jeune homme qui cherche sa voie au travers de plusieurs errements idéologiques, avant de s'accomplir dans l'islam le plus violent, celui du djihad. L'écriture est celle d'un journaliste: elle est documentée (certaines pages font penser à "Comment le djihad est arrivé en Europe" de Jürgen Elsässer) et s'abstient en tout temps de juger, laissant le lecteur se forger son... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 septembre 2013

Maria Pourchet, Rome en un jour, lu par Daniel

Paris, Gallimard, 2013, 180 p.Après "Avancer", "Rome en un jour" fait figure de roman de la confirmation pour Maria Pourchet. On retrouve sa plume un brin acide et drôle, qui fait que l'on rit jaune à chaque occasion. Et ici, il est question d'une surprise d'anniversaire qui ne tourne pas très bien... et c'est peu de le dire. Certaines pages prennent la forme de comédies françaises aux péripéties innombrables et habiles - et l'on ricane volontiers avec l'auteur et ses personnages bien typés.  Lu pour le journal La... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 22:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 septembre 2013

David Eddings, Le Chevalier de Rubis, tome 2, La Trilogie des Joyaux, lu par Jessica

Editions France Loisirs, 2007, 559 p. Emouchet poursuit sa quête du Bhelliom qui l'amènera jusqu'à affronter le troll Ghwerig dans son antre. Une suite toujours aussi plaisante à lire.  Jessica, 12854 p.
Posté par confrerie2010 à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2013

Gabriel Robinson, Les heures pâles, lu par Daniel

Paris, Intervalles, 2013, 171 p.Premier roman de Gabriel Robinson. Celui-ci dépeint les répercussions de la double vie d'un policier, père de famille au-dessus de tout soupçon, apparemment parfaitement conventionnel. Tout commence au Mali avec un rite supposé favoriser la fertilité. Ce roman se distingue par une grande sensibilité et un soin apporté à la langue et au style, qui peut s'avérer tantôt incantatoire, tantôt oppressant, tantôt juste sobre, en fonction des circonstances. "Les heures pâles" est une entrée réussie en... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]