31 décembre 2010

Bruno Chiron, Il n'y a pas de requins dans la Loire, lu par Catherine

La Plume Noire, 158 pages. Allez, on finit l'année en beauté : le dernier livre que j'enregistre cette année est celui de mon cousin Bruno ! J'invite tout le monde à lire ce roman ! Je recopie un passage de la 4ème de couverture : "Roman noir autant que portrait d'une petite société avide de réussite sociale, Il n'y a pas de requins dans la Loire tisse autour de personnages aux lourds secrets une intrigue hitchcockienne qui se révèle dans les toutes dernières pages." Pour ma part, j'y vois l'empreinte de Simenon.... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 16:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

31 décembre 2010

Jeffrey Eugenides, Virgin suicides, lu par Catherine

J'ai lu, 223 pages. Cinq soeurs se suicident, en l'espace d'un an. Un narrateur anonyme, sans doute un (des) garçon(s) du voisinage, retrace tout ce qui a pu mener ces jeunes filles à ce geste si désespéré. Pas un super roman selon moi, mais en tout cas un récit un peu déprimant. En ces périodes de fêtes, pas le genre de trucs à lire... Catherine, 27591 pages.
Posté par confrerie2010 à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2010

Kressmann Taylor, Inconnu à cette adresse, lu par Catherine

Le Livre de Poche, 90 pages. Court récit épistolaire, que je lis pour la "jenesaispluscombientième" fois, il s'agit de la correspondance entre deux amis, Martin et Max, avant la 2nde Guerre Mondiale, pendant la montée du nazisme. Tous les deux sont Allemands, mais Max est juif, réfugié aux Etats-Unis. L'échange, d'abord anodin entre les deux amis, change très vite de ton, quand Max se rend compte que son ami adhère aux idées anti-sémites ambiantes. Je ne dévoile pas la chute, ni la teneur des lettres, il faut lire ce... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2010

Bernard Quiriny, Contes carnivores, lu par Catherine

Points, 220 pages. Un recueil de nouvelles plutôt réjouissant où se mêlent fantastique et surréalisme. De l'histoire de la femme-orange qui se pèle et qui se boit (!), à celle du "zveck" qui rend ivre à jamais ou celle de l'oeuf d'humain, on ne s'ennuie pas. C'est plutôt sympa. Catherine, 27278 pages.
Posté par confrerie2010 à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2010

Pierre Lemaitre, Robe de marié, lu par Catherine

Le Livre de Poche, 314 pages. Ce thriller, difficile à raconter sans en livrer les ficelles, est pas mal ficelé justement ! Pour résumer, Sophie (personnage principal) a l'impression de devenir folle. Elle commence à perdre ses affaires, à oublier certaines choses, puis, autour d'elles, les gens meurent les uns après les autres. Est-elle une meurtrière qui oublie ses crimes après les avoir commis ? En disparaissant pour échapper à la justice, elle croit que tout va cesser, mais elle s'enfonce peu à peu dans sa "folie",... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 12:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2010

Joseph O'Neill, Netherland, lu par Catherine

Points, 336 pages. Hans Van Den Broek, narrateur de l'histoire, est un trentenaire marié et père, analyste financier muté de Londres à New York. Ils s'y trouvent lors de l'attentat du 11 septembre, et à partir de là leur couple va peu à peu partir en miettes. Se retrouvant seul à New York, Hans retrouve le sport de ses jeunes années, le cricket, et va ainsi rencontrer Chuck Ramkissoon, une espèce de doux illuminé passionné de ce sport. Ils passent du temps ensemble, Chuck racontant sa vie à Hans, lui livrant ses pensées... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 12:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2010

Maylis de Kerangal, Naissance d'un pont, lu par Catherine

Verticales, 317 pages. Prix Médicis 2010 (encore un !). J'ai moins accroché qu'avec le 2008 hélas...Le roman a reçu plein de critiques élogieuses mais bon...Ce roman a pour point de départ le projet de construction d'un pont gigantesque dans la ville de Coca. Les personnages, acteurs de cette construction, affluent de tous les coins du monde, maître d'oeuvre, spécialiste du béton, ouvriers spécialisés...Une sorte de roman social...Bon, je crois que les ponts, je m'en fous un peu :) Catherine, 26408 pages.
Posté par confrerie2010 à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2010

Jean-Marie Blas de Roblès, Là où les tigres sont chez eux, lu par Catherine

J'ai lu, 884 pages. Prix Médicis 2008, ce livre est une sorte de roman d'aventures assez passionnant dans lequel se croisent d'innombrables personnages hauts en couleurs, avec en toile de fond la biographie d'Athanase Kircher (un jésuite savant du XVIème siècle), écrite par Eléazard Von Wogau. Tout cela se passe au Brésil, et l'on y suit le périple d'Elaine (et ses compagnons d'infortune), archéologue en mission dans la jungle amazonienne, Moéma, étudiante un peu paumée, Nelson, un jeune infirme qui vit dans une favela, et des tas... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 décembre 2010

Deon Meyer, L'âme du chasseur, lu par Catherine

Points, 539 pages. Ancien tueur à gages pour les services secrets sud-africains et d'autres états, Thobela Mpayipheli s'est construit depuis une petite vie tranquille (moto, boulot, dodo). Mais son passé le rattrape le jour où une jeune femme vient lui demander son aide, au nom de l'amitié qui unissait son père (qui vient d'être enlevé) à Thobela. S'ensuit une course folle, sorte de road-movie où Thobela, (à moto), est poursuivi par les services secrets sud-africains qui veulent récupérer le disque dur qui est en sa possession. Un... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 décembre 2010

Ake Edwardson, Presque mort, lu par Catherine

10/18, 573 pages. A Göteborg, une voiture est retrouvée abandonnée, un écrivain se penche sur la disparition d'une jeune fille survenue dans les années 70, le voisin de cet écrivain est retrouvé assassiné et dans le même temps, un politicien disparaît...Le commissaire Erik Winter essaie de faire le lien entre tous ces faits, ce qui va le ramener 30 ans en arrière, à l'été 1975, date où cette jeune fille a disparu. Ce qui nous donne un bon polar, à la suédoise ! Trop forts les scandinaves... Catherine, 24668 pages.
Posté par confrerie2010 à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]