29 septembre 2010

Christine Aventin, Le Coeur en poche, lu par Daniel

Paris, Mercure de France, 1988/Folio, 2006, 185 pages.  "Le Coeur en poche" est devenu pour ainsi dire un classique, après avoir connu un succès phénoménal à sa sortie. Il y avait donc longtemps que je souhaitais le lire. Et cette lecture ne m'a pas déçu: j'ai volontiers suivi la destinée d'Alexandra, fille de prostituée qui assume - un personnage dynamique, peu prompt à s'apitoyer sur soi-même, et qui va finir par rechercher son père. A lire, à relire peut-être (ça date de 1988, mais ça n'a pas vieilli) - à dévorer... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 septembre 2010

Mattia Signorini, La Symphonie du temps qui passe, lu par Daniel

Paris, Presses de la Cité, 2010, 182 pages.  Ce roman traduit de l'italien par Françoise Brun relate la destinée du personnage de Green Talbot, présentée comme exemplaire parce que ce personnage fait un usage intéressant de ses talents: converser avec les oiseaux, nager avec les poissons dans l'Atlantique (et converser avec eux). Plus tard, il connaîtra le succès matériel et s'unira même à la femme de sa vie... Le tout est assez agréable et aimable, mais peine à convaincre tout à fait: trop gentil, peut-être? On pense à Paulo... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 septembre 2010

Guillermo Arriaga, Mexico Quartier Sud, lu par Daniel

Paris, Phébus, 2009, 185 pages.  Quatorze nouvelles du cinéaste mexicain Guillermo Arriaga sont ici recueillies, offrant un regard pas toujours facile à soutenir sur une certaine population des quartiers populaires de Mexico. Il y a là un médecin sans scrupule, des enfants violents et immoraux, la mort qui rôde, violente ou maladive. Le tout est porté par une plume sobre, ce qui ajoute à la force de ces textes courts qui savent par ailleurs mêler et confronter les points de vue.   J'en parle plus amplement ici:... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 septembre 2010

Laurent Gaudé, La mort du roi Tsongor, lu par Catherine

Babel, 205 pages. Le roi Tsongor, qui attend beaucoup de sa descendance, se suicide pour éviter une guerre qui aura pourtant lieu. Elle opposera deux hommes (Sango Kerim et Kouame) qui se battront pour la mais de Samilia, fille du roi Tsongor. Parallèlement à cette guerre, le plus jeune fils du roi, Souba, parcourt le continent afin d'y bâtir 7 tombeaux à la mémoire de son père. Une sorte de conte initiatique, histoires de destins tragiques, un très beau roman d'un auteur que je découvre. Catherine, 16238 pages.
Posté par confrerie2010 à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 septembre 2010

David Lodge, La vie en sourdine, lu par Catherine

Rivages, 458 pages. Desmond est professeur de linguistique retraité et souffre de problèmes d'audition qui le mettent parfois dans des situations embarrassantes. Il se retrouve ainsi embarqué, un peu malgré lui, par une étudiante qui lui demande de l'assister dans l'élaboration de sa thèse sur les lettres de suicidés (!). Elle se révèle être quelque peu "étrange"...Un livre parfois drôle, triste aussi, qui parle de la vieillesse, de l'amour vieillissant, de la mort qui rôde, par un auteur que j'aime particulièrement. ... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2010

Laurent Binet, HHhH, lu par Bruno

<!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-font-weight:bold;} @page Section1 {size:21.0cm 841.95pt; margin:26.35pt 41.55pt 72.0pt 43.9pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} --> Ed. Grasset, 441 p. ... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2010

David Peace, 44 Jours – The Damned United, lu par Bruno

<!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-font-weight:bold;} @page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} --> Ed. ... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 septembre 2010

Jacques Guyonnet, Les Culs, lu par Daniel

Genève, La Margelle, 2001, 361 pages.  Jacques Guyonnet, écrivain et musicien genevois, offre ici un roman profondément original, étonnant et foisonnant, qui revisite le mythe d'Orphée tout en plongeant ses racines dans l'actualité et en faisant la part belle aux femmes et à leur beauté. Le tout, dans des ambiances où le lyrisme poétique côtoie l'érudition technologique, littéraire et musicale - sans oublier les scènes d'action au goût de science-fiction mystique.  J'en parle plus amplement ici:... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2010

Philippe Claudel, L'Enquête, lu par Daniel

Paris, Stock, 2010, 278 pages.  Un très beau roman sur la déshumanisation qui guette toute personne travaillant en entreprise. L'auteur met ici en scène un Enquêteur chargé d'inspecter une entreprise où les suicides se multiplient soudain. On pense à France Télécom... Mais plus que la prospection de terrain, c'est l'évolution de la folie qui occupe le devant de la scène dans ce roman où l'on rit parfois jaune et où la patte de l'auteur du "Rapport de Brodeck" est indiscutablement présente. Du tout bon pour la rentrée... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 septembre 2010

Arto Paasilinna, Les dix femmes de l'industriel Rauno Rämekorpi, lu par Catherine

Folio, 270 pages. Le riche industriel Rämekorpi entreprend pour ses 60 ans la tournée de ses nombreuses maîtresses, afin de leur offrir des fleurs, des mets fins, et surtout de s'offrir à lui-même des moments de joyeuse lubricité...Cela jouera des tours à ce fieffé "cochon"...C'est drôle, ça se lit tout seul, c'est toujours un de mes auteurs préférés (au moins un de mes auteurs finlandais préférés !). Catherine, 15575 pages.
Posté par confrerie2010 à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]