04 janvier 2012

Shumona Sinha, Assommons les pauvres!, lu par Daniel

Paris, L'Olivier, 2011, 155 p. Dernier livre lu pour l'année 2011... mais non le moindre: dans un récit qui ne dédaigne pas l'introspection, l'auteur met en scène les tensions et pressions dont une interprète de centre de détention pour migrants fait l'objet au quotidien. Placée à la croisée d'intérêts contradictoires, elle se trouve aussi un peu entre deux cultures: celle de son pays d'origine, dont elle s'est éloignée (elle travaille dans son pays d'immigration) et celle de son pays... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 décembre 2011

Perrine Leblanc, Kolia, lu par Daniel

Paris, Gallimard, 2011, 160 p. C'est l'histoire d'un clown, mais ce n'est pas une histoire drôle... plutôt la biographie en demi-teintes pudiques d'un personnage dénommé Kolia, qui passe sa vie à chercher sa voie alors qu'il est né au goulag. Cela, sans oublier la quête de Iossif, l'homme qui lui a donné ses premiers rudiments de français et offert un premier regard sur le monde tel qu'il est hors du goulag où Kolia a passé son enfance.    Daniel, 26243 p.
Posté par confrerie2010 à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2011

Estelle Nollet, Le bon, la brute, etc., lu par Daniel

Paris, Albin Michel, 2011, 345 p. L'un a un talent épatant mais encombrant, l'autre est atteinte d'une maladie incurable. Quelque chose va les rapprocher et les embarquer sur les routes du monde, du Mexique à la Centrafrique. Il y a quelque chose de trash dans le ton de ce roman, mais aussi une force poétique profondément originale. Autant dire que c'est à recommander aux lecteurs qui aiment que ça bouge (les péripéties ne sont pas rares), souvent à deux millimètres de la mort.   Daniel, 26083... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2011

Dominique Wolhlschlag, La Nuit épousée, lu par Daniel

Vevey, éditions de l'Aire, 2011, 181 p. Il s'agit là d'un recueil de nouvelles, le premier de l'auteur, qui publie ici des textes qui ont d'abord fait l'objet d'une lecture publique à Genève. Ces nouvelles composent aussi une réflexion sur le rapport qui existe entre l'homme et la création, sur la base d'histoires simples qui sont, parfois, un prétexte à divaguer à la manière d'un Jorge Luis Borges. Le tout est cependant rédigé dans une langue fluide et accessible, propre à entraîner le lecteur ou à l'inviter à... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2011

Guillaume Lebeau, Le troisième pôle, lu par Daniel

Paris, Marabout, 2011, 505 p. Attention, thriller écologique! L'auteur lance son personnage, Smila Sibir, sur les traces des arcanes du dérèglement climatique bien connu. Et ses réponses, quant à ses causes, sont épatantes... "Le troisième pôle" est un roman qui se dévore, écrit en chapitres courts rédigés dans une langue standard efficace. C'est donc globalement un thriller qui marche, malgré quelques outrances.  J'en parle plus longuement ici.  Daniel, 25557 p.
Posté par confrerie2010 à 23:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 décembre 2011

Rosa Beltràn, Le Paradis, c'était nous, lu par Daniel

Paris, La Différence, 2011, 315 p. C'est à nouveau un roman à intrigues familiales, non dépourvues d'un humour glacial, que j'ai lu ici. On y rencontre tout un petit univers de personnages névrosés jusqu'à la gorge et au-delà: un chef d'entreprise obnubilé par son business de sodas, sa femme qui devient gentiment folle et le fils qui se prend pour le Christ ou du moins pour un martyre. Ce livre aurait gagné à être plus nerveux, plus rapide par moments, mais globalement, il sait surprendre... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 décembre 2011

Alba Kertz, Masmara, lu par Daniel

Paris, L'Editeur, 2011, 447 p. Intrigues familiales et amoureuses dans le sud de la France: l'auteur met en scène un certain temps de la destinée de Ludivine, une femme qui est parvenue à se construire en dépit de débuts difficiles dans l'existence - et se retrouve mêlée aux histoires d'adultères de son cousin. Histoires qui jouent un rôle de révélateur pour pas mal de monde dans ce récit - jusqu'à ce que Ludivine trouve enfin le courage de revenir à Masmara, la maison de ses parents,... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 décembre 2011

Pierre Lamalattie, 121 currriculum vitae pour un tombeau, lu par Daniel

Paris, L'Editeur, 2011, 447 p. Pierre Lamalattie est un écrivain, mais c'est aussi un artiste-peintre (à découvrir ici). Il a créé une série de 121 portraits représentant ses contemporains, actifs dans des milieux forts divers, et qui constituent son réseau. Parallèlement, il a rédigé un roman qui constitue le "making of" élargi de cette démarche artistique. Il s'agit d'un texte largement autobiographique qui donne à découvrir le monde d'un homme qui, actif dans la fonction publique, joue le grand... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2011

Baek Nam-Ryong, Des Amis, lu par Daniel

Arles, Actes Sud, 2011, 245 p. Ce roman constitue un voyage en Corée du Nord - un pays qu'on connaît mal, par-delà des clichés peu flatteurs. C'est aussi le premier roman nord-coréen traduit en français. Le lecteur y découvre un drame constitué autour d'une tentative de divorce, cet acte étant présenté comme un acte public et défaut dans le maillage bien construit d'une société qui se veut indivisible. Dès lors, le juge mène l'enquête... L'histoire a quelques raideurs, et n'évite pas toujours un... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 21:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2011

David Foenkinos, Les souvenirs, lu par Daniel

Paris, Gallimard, 2011, 266 p. David Foenkinos égrène, dans le cadre de ce roman, l'amour sous des formes diverses, incluant l'amour entre un fils et son père (qui réagit souvent à contretemps) et sa grand-mère. A cela vient se greffer une histoire de mariage et de coup de foudre en province - ou presque. David Foenkinos signe ici l'un de ses romans les plus personnels; il reste aussi fidèle à sa manière d'écrire, empreinte d'une fausse légèreté, qui masque une gravité certaine, ainsi que d'un goût avéré pour... [Lire la suite]
Posté par confrerie2010 à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]